Nouveau Post
Posts récents
Cherchez par mots-clés
 
Suivez-nous!
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Pourquoi appeler ma méthode d'autodéfense verbale, Aiki psychoverbale? Deuxième article de deux.

Contrer une APV directe en utilisant une action circulaire permet de n’offrir aucune résistance afin de rediriger cette énergie ailleurs ou, au pire, la neutraliser afin de reprendre le contrôle. Reprenons l'attaque verbale du premier article:

François : « Si tu tiens à ton travail, tu serais plus ordonné dans ce que tu fais. »

Luc : « Quand as-tu commencé à penser que je ne tiens pas à mon travail? »

François: "... !?!? "

Luc: " Bon. Maintenant François, que veux-tu me dire spécifiquement ?"

En contournant l’attaque verbale, nous n’offrons pas la résistance anticipée par notre attaquant (car c’est la raison d’être de son APV). Ce court instant de surprise crée un déséquilibre et un état de confusion (que nous appelons aussi une « interruption d’état » (voir notre modèle S’CORE’CT) que nous allons intégrer dans notre réponse afin de rétablir l’harmonie ou neutraliser l’attaque. Rappelez-vous ces deux principes de base qui résume l’approche de l’autodéfense verbale : « face à une APV, vous avez deux choix, l’harmoniser ou la neutraliser. » Le modèle S’CORE’CT est utilisé principalement pour harmoniser une APV, tandis que l’autodéfense psycho-verbale rapide (voir chapitre 7) neutralise les APV. Il existe des situations où vous ne pouvez pas ramener l’harmonie, la meilleure solution est de neutraliser l’attaque et éliminer les risques d’escalade.

Harmoniser ou neutraliser une attaque directe (triangle) en changeant notre position

Le mot ai ne peut être séparé de l’idée de "Ki", qui signifie « énergie vitale » ou “souffle universel ». Dans un sens plus large, il signifie sympathie, compréhension mutuelle qui unis les individus, leur permettant de se comprendre chacun, même sans qu’aucun mot soit prononcé. Cette compréhension permet à chaque personne d’accepter l’autre, comme il ou elle est. Le Ki c’est aussi l’énergie qui est contenue dans les mots et dans les 6 codes du langage utilisés pour communiquer et recevoir les informations voulues. Quand «Ai» (le rapport ou l’union) est bien installé entre deux personnes une sympathie s’installe et unis les deux individus vers une compréhension mutuelle malgré des positions ou croyances différentes. Pour moi, vous êtes une personne qui possède des positions et des croyances variées, mais jamais je ne penserai que «vous êtes» vos opinions ou vos croyances.

Votre identité en tant qu’individu ne varie pas, « vous êtes », point. Vos opinions, vos croyances, elles, sont variables. Elles changent, se transforment et même disparaissent, mais vous en tant qu‘individu qui observez, vous ne changez pas. Vous pouvez même posséder des croyances contradictoires. Je peux très bien vous accepter comme personne et avoir un agréable plaisir à converser avec vous et apprendre de vous, même si j’ai une vision différente de la vôtre.

Le principe fondamental de l’Aiki est la non-résistance

La compréhension correcte du nom demande plutôt que l’on regarde ai + Ki non séparément, mais ensemble, Aiki. La somme des deux caractères crée un tout dont le sens est beaucoup plus vaste que les parties séparées. On retrouve la notion chère aux adeptes de Tai chi, le Wu-wei. La non-résistance, la non-action, la non-opposition et par extension, la non-violence. Ce concept consiste à ne jamais confronter directement la force de l’adversaire.

Un des principes de l’Aiki face à une attaque dirigée contre soi est de garder son attention sur son centre et de garder un état d’ouverture à l’autre, les mains ouvertes et non les poings fermés, dans une attitude non violente en synchronisant son attention sur l’autre. Les mains ouvertes désignent également un état de flexibilité et de compréhension de l'autre tandis que les poings fermés correspondent à l'attitude du fondamentalisme, c'est-à-dire la pensée extrémiste et fanatique où la croyance ferme en une croyance importe sur tout et est à la source de pratiquement tout conflit grave.

Certains affirment qu'il faut avoir le courage de ses opinions, je dirais que le véritable courage est plutôt celui d'être capable d'attaquer ses propres convictions et croyances, qu’en pensez-vous?

Gaëtan Sauvé. Tous les droits réservés. (c) 2014. www.autodefenseverbale.com

  • Facebook Classic
  • Pinterest Classic
  • Google+ App Icon
  • LinkedIn App Icon
  • Twitter Classic